Outils pour utilisateurs

Outils du site


issue151:tutoriel2

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
issue151:tutoriel2 [2019/12/10 14:15]
andre_domenech
issue151:tutoriel2 [2019/12/10 14:54] (Version actuelle)
auntiee
Ligne 1: Ligne 1:
 **In this day and age, photography is rife. We all carry around digital cameras integrated into our smartphones that vie with professional grade equipment from a couple of decades ago. Moreover, we can take just about as many shots, and in higher quality, as abody (other than a professional or an advanced enthusiast) could have done until very recently. We are also r sather well-equipped - from a software standpoint - to manage and modify our pictures, altering them for different purposes. However, this situation is not the result of an abrupt change in our photographic habits: I am sure many readers of these columns have a history of taking photos in earlier times, perhaps using rather less capable digital equipment, or even physical films developed using a chemical process. I know I still retain several boxes of such at home, hundreds of paper prints, as well as the cameras that I used to take them. Though they may seem quaint and perhaps better suited to a small museum than to a modern lifestyle, it is no less true that these pictures bring back memories of times gone by, of places and of people - some of whom are no longer in this world. In addition, I also conserve several photos made by other people, related to family circumstances,​ but at earlier dates. I have absolutely no doubt I am not the only one in this situation. ** **In this day and age, photography is rife. We all carry around digital cameras integrated into our smartphones that vie with professional grade equipment from a couple of decades ago. Moreover, we can take just about as many shots, and in higher quality, as abody (other than a professional or an advanced enthusiast) could have done until very recently. We are also r sather well-equipped - from a software standpoint - to manage and modify our pictures, altering them for different purposes. However, this situation is not the result of an abrupt change in our photographic habits: I am sure many readers of these columns have a history of taking photos in earlier times, perhaps using rather less capable digital equipment, or even physical films developed using a chemical process. I know I still retain several boxes of such at home, hundreds of paper prints, as well as the cameras that I used to take them. Though they may seem quaint and perhaps better suited to a small museum than to a modern lifestyle, it is no less true that these pictures bring back memories of times gone by, of places and of people - some of whom are no longer in this world. In addition, I also conserve several photos made by other people, related to family circumstances,​ but at earlier dates. I have absolutely no doubt I am not the only one in this situation. **
  
-Aujourd'​hui,​ la photographie est omniprésente. Nous nous baladons tous avec un appareil photo intégré à nos smartphones qui vaut ce qu'​était l'​équipement professionnel d'il y a quelque dizaines d'​années. De plus, nous pouvons prendre plus d'​instantanés,​ et de meilleure qualité, que ce que quiconque (en dehors des professionnels et des fans expérimentés) pouvait faire jusqu'​à très récemment. Nous sommes aussi plutôt bien équipés - d'un point de vue logiciel - pour gérer et modifier nos photos. en les travaillant de différentes ​manières. Cependant, cette situation n'est pas le résultat d'une modification brutale des habitudes photographiques ; je suis sûr que beaucoup de lecteurs de cet article peuvent parler de la prise de vue dans les temps anciens, utilisant peut-être un équipement numérique plutôt faiblement puissant, ou des pellicules développées par procédé chimique. Je sais que je garde encore à la maison plusieurs boîtes de celles-ci, des centaines de photos papier ainsi que les appareils que j'ai utilisés pour les prendre. Bien qu'ils paraissent pittoresques et peut-être mieux faits pour un petit musée que pour un style de vie moderne, il n'en n'est pas moins vrai que ces photos font remonter des souvenirs des temps passés, de lieux et de gens, certains n'​étant plus maintenant de ce monde. De plus, je conserve aussi des photos faites par d'​autres,​ liées à des circonstances familiales, mais à des dates plus lointaines. Je n'ai absolument aucun doute que je ne suis pas le seul dans ce cas.+Aujourd'​hui,​ la photographie est omniprésente. Nous nous baladons tous avec un appareil photo intégré à nos smartphones qui vaut ce qu'​était l'​équipement professionnel d'il y a quelque dizaines d'​années. De plus, nous pouvons prendre plus d'​instantanés,​ et de meilleure qualité, que ce que quiconque (en dehors des professionnels et des fans expérimentés) pouvait faire jusqu'​à très récemment. Nous sommes aussi plutôt bien équipés - d'un point de vue logiciel - pour gérer et modifier nos photos ​à des fins différentes. Cependant, cette situation n'est pas le résultat d'une modification brutale des habitudes photographiques ; je suis sûr que beaucoup de lecteurs de cet article peuvent parler de la prise de vue dans les temps anciens, utilisant peut-être un équipement numérique plutôt faiblement puissant, ou des pellicules développées par procédé chimique. Je sais que je garde encore à la maison plusieurs boîtes de celles-ci, des centaines de photos papier ainsi que les appareils que j'ai utilisés pour les prendre. Bien qu'ils paraissent pittoresques et peut-être mieux faits pour un petit musée que pour un style de vie moderne, il n'en n'est pas moins vrai que ces photos font remonter des souvenirs des temps passés, de lieux et de gens, certains n'​étant plus maintenant de ce monde. De plus, je conserve aussi des photos faites par d'​autres,​ liées à des circonstances familiales, mais à des dates plus lointaines. Je n'ai absolument aucun doute que je ne suis pas le seul dans ce cas.
  
 **As may or may not seem logical, I would now like to retrieve some of these documents, and work on them to enhance their technical quality that, in cases, has been sadly let down by what was possible at the time. Some images are faded and yellow from the oxidation of their pigments. Others have creases and dots on them. The earliest are in black-and-white,​ which is fine from an artistic point of view, but to which I would like to add color to try and capture some essence of the original scenes. ​ **As may or may not seem logical, I would now like to retrieve some of these documents, and work on them to enhance their technical quality that, in cases, has been sadly let down by what was possible at the time. Some images are faded and yellow from the oxidation of their pigments. Others have creases and dots on them. The earliest are in black-and-white,​ which is fine from an artistic point of view, but to which I would like to add color to try and capture some essence of the original scenes. ​
Ligne 7: Ligne 7:
 This has been the main source of inspiration for this series, in which I will be going on my internal journey of learning to make something of the old photos in my possession, and others in the public domain due to their age. You, the reader, are welcome to tag along, and I hope to glean some small insight and perhaps an idea or two from time to time. No promises are made as to the quality of the content, or potential errors and omissions. I am a computer scientist, not a true artist or a professional of image restoration. So please take all this as a best effort, but with no firm guarantees - much as is the case of most open-source software. Naturally, being a Linux user, that is what I will be using: open-source applications,​ on top of an open-source operating system: Linux Mint 19.2 in my case, though there should be no real differences between anything described here and other comparable distributions in the Ubuntu family, or Debian.** This has been the main source of inspiration for this series, in which I will be going on my internal journey of learning to make something of the old photos in my possession, and others in the public domain due to their age. You, the reader, are welcome to tag along, and I hope to glean some small insight and perhaps an idea or two from time to time. No promises are made as to the quality of the content, or potential errors and omissions. I am a computer scientist, not a true artist or a professional of image restoration. So please take all this as a best effort, but with no firm guarantees - much as is the case of most open-source software. Naturally, being a Linux user, that is what I will be using: open-source applications,​ on top of an open-source operating system: Linux Mint 19.2 in my case, though there should be no real differences between anything described here and other comparable distributions in the Ubuntu family, or Debian.**
  
-Que ça paraisse logique ou pas, j'​aimerais maintenant retrouver certains de ces documents et les retravailler pour améliorer leur qualité technique, qui dans certains cas, s'est tristement dégradée du fait de ce qui était possible à l'​époque. Certaines images sont affadies et jaunies par l'​oxydation de leurs pigments. D'​autres comportent des plis ou des taches. Les plus anciennes sont en noir et blanc, ce qui est bien d'un point de vue artistique, mais auxquelles j'​aimerais ajouter de la couleur pour essayer de capturer l'​essence des scènes originales.+Que ça paraisse logique ou pas, j'​aimerais maintenant retrouver certains de ces documents et les retravailler pour améliorer leur qualité technique, quidans certains cas, s'est tristement dégradée du fait de ce qui était possible à l'​époque. Certaines images sont affadies et jaunies par l'​oxydation de leurs pigments. D'​autres comportent des plis ou des taches. Les plus anciennes sont en noir et blanc, ce qui est bien d'un point de vue artistique, mais auxquelles j'​aimerais ajouter de la couleur pour essayer de capturer l'​essence des scènes originales.
  
-C'est ce qui a été ma source d'​inspiration principale pour cette série, dans laquelle je poursuivrai mon voyage interne où j'​apprends à faire quelque chose des ces vieilles photos en ma possession, et d'​autres du domaine public du fait de leur âge. Vous lecteur, vous êtes bienvenu pour suivre ​et, j'espère, pour glaner quelques ​petites indications et peut-être une idée ou deux de temps en temps. Je ne promets rien quand à la qualité du contenu et les potentielles erreurs ou omissions. Je suis scientifique dans l'​informatique et pas un véritable artiste ou un professionnel de la restauration des images. Aussi, merci d'​accueillir tout cela comme mon meilleur effort, mais sans garanties solides, comme beaucoup de logiciels Open Source. Naturellement,​ étant un utilisateur de Linux, ​voilà ce que je vais utiliser : des applications Open Source, tournant sur un système d'​exploitation Open Source, Linux Mint 19.2 dans mon cas, bien qu'il n'​y ​aura aucune vraie différence entre tout qui sera décrit ici et d'​autres distributions comparables dans la famille Ubuntu, ou Debian.+C'est ce qui a été ma source d'​inspiration principale pour cette série, dans laquelle je poursuivrai mon voyage interne où j'​apprends à faire quelque chose des vieilles photos en ma possession, et d'​autres du domaine public du fait de leur âge. Vouslecteur, ​je vous invite à me suivre ​j'espèreglaner qu elques ​petites indications et peut-être une idée ou deux de temps en temps. Je ne promets rien quant à la qualité du contenu et les potentielles erreurs ou omissions. Je suis scientifique dans l'​informatique et pas un véritable artiste ou un professionnel de la restauration des images. Aussi, merci d'​accueillir tout cela comme mon meilleur effort, mais sans garanties solides, comme c'est le cas de beaucoup de logiciels Open Source. Naturellement,​ étant un utilisateur de Linux, ​c'est cela que je vais utiliser : des applications Open Source, tournant sur un système d'​exploitation Open Source, Linux Mint 19.2 dans mon cas, bien qu'il n'​y ​ait aucune vraie différence entre tout qui sera décrit ici et d'​autres distributions comparables dans la famille Ubuntu, ou Debian.
  
 **A choice of program **A choice of program
Ligne 19: Ligne 19:
 Un choix de programme Un choix de programme
  
-Les distributions modernes de GNU/Linux proposent beaucoup de programmes pour travailler sur des photos et d'​autres formes d'art numérique. Certaines applications,​ comme Inkscape, sont orientées vers le dessin vectoriel, pas les photos ou les images raster (bitmap). D'​autres,​ telles que Darktable, sont utilisées pour traiter des images raw directement ​depuis l'​appareil-photo numérique, pour leur gestion et pour appliquer rapidement des effets et des améliorations de l'​image entière. Et puis, il y a beaucoup applications d'​usage général avec un large choix d'​effets et d'​outils pour la modification ​des images entières, mais aussi pour dessiner et modifier des détails locaux. Peut-être que la plus connue ​de celles-ci ​est « GNU Image Manipulation Program » (GIMP - Programme de manipulation d'​image de GNU), souvent installé dans la sélection des logiciels par défaut d'une distribution.C'​est une bonne alternative au logiciel payant Photoshop ; elle peut certainement être utilisée pour nos besoins, avec de bons résultats.+Les distributions modernes de GNU/Linux proposent beaucoup de programmes pour travailler sur des photos et d'​autres formes d'art numérique. Certaines applications,​ comme Inkscape, sont orientées vers le dessin vectoriel, pas les photos ou les images raster (bitmap). D'​autres,​ telles que Darktable, sont utilisées pour traiter des images raw téléchargées ​depuis l'​appareil-photo numérique, pour leur gestion et pour appliquer rapidement des effets et des améliorations de l'​image entière. Et puis, il y a beaucoup applications d'​usage général avec un large choix d'​effets et d'​outils pour la modification ​d'images entières, mais aussi pour dessiner et modifier des détails locaux. Peut-être que la plus connue ​en est le « GNU Image Manipulation Program » (GIMP - Programme de manipulation d'​image de GNU), souvent installé dans la sélection des logiciels par défaut d'une distribution.C'​est une bonne alternative au logiciel payant Photoshop ​d'​Adobe; elle peut certainement être utilisée pour nos besoins, avec de bons résultats.
  
 Cependant, pour cette série, j'ai préféré me focaliser sur un programme différent, Krita, qui est peut-être légèrement moins connu de la communauté générale, en dehors des gens qui s'​occupent d'art visuel, étant plus focalisé sur le dessin artistique que GIMP. Il a été porté à mon attention en faisant une recherche de logiciels à utiliser avec ma récente acquisition,​ une tablette numérique, avec laquelle il s'​intègre très agréablement. Cependant, pour cette série, j'ai préféré me focaliser sur un programme différent, Krita, qui est peut-être légèrement moins connu de la communauté générale, en dehors des gens qui s'​occupent d'art visuel, étant plus focalisé sur le dessin artistique que GIMP. Il a été porté à mon attention en faisant une recherche de logiciels à utiliser avec ma récente acquisition,​ une tablette numérique, avec laquelle il s'​intègre très agréablement.
Ligne 29: Ligne 29:
 Krita should also be easily available in graphical software managers, though I cannot say I have tried out that route.** Krita should also be easily available in graphical software managers, though I cannot say I have tried out that route.**
  
-Krit est basé sur l'​ensemble de gadgets Qtet donc, souvent associé au bureau KDE Plasma. Mais, comme beaucoup d'​applications modernes, il s'​intègre plutôt bien avec d'​autres gestionnaires de bureau comme Gnome ou Cinnamon, et, en fait, j'ai tendance à l'​utiliser avec un Linux Mint assez ordinaire. D'​autres options comprennent l'​utilisation de Krita sous Mac OS ou Windows. D'​autres informations peuvent être trouvées sur la page d'​accueil du projet, à https://​krita.org/​fr/​. Comme habituellement avec Ubuntu et ses dérivés, pour l'​installation, ​il est question des commandes suivantes :+Krit est basé sur l'​ensemble de gadgets Qt etdonc, souvent associé au bureau KDE Plasma. Mais, comme beaucoup d'​applications modernes, il s'​intègre plutôt bien avec d'​autres gestionnaires de bureau comme Gnome ou Cinnamon, et, en fait, j'ai tendance à l'​utiliser avec un Linux Mint assez ordinaire. D'​autres options comprennent l'​utilisation de Krita sous Mac OS ou Windows. D'​autres informations peuvent être trouvées sur la page d'​accueil du projet, à https://​krita.org/​fr/​. Comme habituellement avec Ubuntu et ses dérivés, pour l'​installation, ​on utilise les commandes suivantes :
  
 sudo apt update ; sudo apt install krita sudo apt update ; sudo apt install krita
Ligne 41: Ligne 41:
 Acquisition d'​images Acquisition d'​images
  
-Avant de travailler sur des images spécifiques,​ elles doivent être, ​jusqu'à un certain point, converties dans un format compatible avec les ordinateurs. Les images prises avec des appareils photos numériques peuvent être stockées sur des disques durs, ou même sur des clés connectées par USB. Ces formats n'​entraînent en général aucun problème, tant que certains moyens ​de connexion ​sont disponibles. La situation peut devenir plus compliquée avec les CD-ROM que de nombreus ​développeurs de films photo ont fourni en parallèle des épreuves papier dans les dernières années d'​usage des pellicules, car les ordinateurs les plus modernes n'ont pas de lecteur optique. Un portable plus ancien peut être utile, bien que je conseillerais une large application d'air comprimé pour nettoyer une partie de la poussière accumulée avant d'​utiliser un tel engin pour la lecture des CD. Un lecteur de CD externe connecté à notre ordinateur principal via USB pourrait s'​avérer être une meilleure solution : ils ne sont pas chers et peuvent être conservés pour d'​autres usages.+Avant de travailler sur des images spécifiques,​ elles doivent être, à un moment quelconque, converties dans un format compatible avec les ordinateurs. Les images prises avec des appareils photos numériques peuvent être stockées sur des disques durs, ou même sur des clés connectées par USB. Ces formats n'​entraînent en général aucun problème, tant qu'un moyen de connexion ​est disponible. La situation peut devenir plus compliquée avec les CD-ROM que de nombreux ​développeurs de films photo ont fourni en parallèle des épreuves papier dans les dernières années d'​usage des pellicules, car les ordinateurs les plus modernes n'ont pas de lecteur optique. Un portable plus ancien peut être utile, bien que je conseillerais une large application d'air comprimé pour nettoyer une partie de la poussière accumulée avant d'​utiliser un tel engin pour la lecture des CD. Un lecteur de CD externe connecté à notre ordinateur principal via USB pourrait s'​avérer être une meilleure solution : ils ne sont pas chers et peuvent être conservés pour d'​autres usages.
  
 **Some time ago, flatbed scanners were a widely-used peripheral to convert physical documents to digital form. I still have one on a shelf somewhere, which I could plug in and use in conjunction with the Simple Scan software that comes with Ubuntu these days. However, I will not be using it to convert paper prints to digital form for the following reason. My desktop scanner, like most, has a resolution of 300 dpi (dots per inch). When applied to a standard paper print of about 4 by 6 inches, or 10 by 15 cm, this gives a digital file with resolution 1200 x 1800 pixels. But my cheap Samsung phone has a camera with a resolution that goes up to 4128 x 3096 pixels (13 Megapixels). So one can achieve both better resolution and an easier workflow to transfer the images to a computer by simply taping the prints to a vertical wall in a well-illuminated place, and taking a picture of them with the mobile phone’s camera. This is the miracle of technology ever moving forward. Just make sure to take the photos from a point as squarely in front of the original as possible, and do not let shadows or the use of a flash mar the result.** **Some time ago, flatbed scanners were a widely-used peripheral to convert physical documents to digital form. I still have one on a shelf somewhere, which I could plug in and use in conjunction with the Simple Scan software that comes with Ubuntu these days. However, I will not be using it to convert paper prints to digital form for the following reason. My desktop scanner, like most, has a resolution of 300 dpi (dots per inch). When applied to a standard paper print of about 4 by 6 inches, or 10 by 15 cm, this gives a digital file with resolution 1200 x 1800 pixels. But my cheap Samsung phone has a camera with a resolution that goes up to 4128 x 3096 pixels (13 Megapixels). So one can achieve both better resolution and an easier workflow to transfer the images to a computer by simply taping the prints to a vertical wall in a well-illuminated place, and taking a picture of them with the mobile phone’s camera. This is the miracle of technology ever moving forward. Just make sure to take the photos from a point as squarely in front of the original as possible, and do not let shadows or the use of a flash mar the result.**
  
-Il y a quelque temps, les scanners à plat étaient un périphérique largement utilisé pour convertir des documents physiques dans un format numérique. ​ J'en ai encore un sur une étagère, que je pourrais brancher et utiliser en conjonction avec le logiciel Simple Scan  qui est livré actuellement avec Ubuntu. Cependant, je ne l'​utiliserai pas pour convertir des photos papier au format numérique pour la raison suivante : mon scanner de bureau, comme la plupart, a une résolution de 300 dpi (dot per inch - points par pouce). Quand il est appliqué à un papier photo standard de 4 pouces par 6, ou 10 cm par 15, on obtient un fichier numérique avec une résolution de 1200 x 1800 pixels. Mais mon téléphone Samsung bon marché a un appareil photo dont la résolution va jusqu'​à 4128 x 3096 pixels (13 Megapixels). ​Une meilleure résolution et un traitement facilité peuvent être obtenus ​ainsi pour transférer les images vers un ordinateur, en fixant simplement les épreuves papier sur un mur vertical dans un endroit bien éclairé et en en prenant une photo avec l'​appareil photo du téléphone mobile. C'est le miracle de la technologie,​ qui va toujours plus avant. Assurez-vous simplement de prendre les photos d'une position la plus en face possible de l'​original et ne laissez pas des ombres ou la trace d'un flash gâcher le résultat. ​+Il y a quelque temps, les scanners à plat étaient un périphérique largement utilisé pour convertir des documents physiques dans un format numérique. ​ J'en ai encore un sur une étagère, que je pourrais brancher et utiliser en conjonction avec le logiciel Simple Scan qui est livré actuellement avec Ubuntu. Cependant, je ne l'​utiliserai pas pour convertir des photos papier au format numérique pour la raison suivante : mon scanner de bureau, comme la plupart, a une résolution de 300 dpi (dot per inch - points par pouce). Quand il est appliqué à un papier photo standard de 4 pouces par 6, ou 10 cm par 15, on obtient un fichier numérique avec une résolution de 1200 x 1800 pixels. Mais mon téléphone Samsung bon marché a un appareil photo dont la résolution va jusqu'​à 4128 x 3096 pixels (13 Megapixels). ​Ainsi, une meilleure résolution et un traitement facilité peuvent être obtenus pour transférer les images vers un ordinateur, en fixant simplement les épreuves papier sur un mur vertical dans un endroit bien éclairé et en en prenant une photo avec l'​appareil photo du téléphone mobile. C'est le miracle de la technologie,​ qui va toujours plus en avant. Assurez-vous simplement de prendre les photos d'une position la plus en face possible de l'​original et ne laissez pas des ombres ou la trace d'un flash gâcher le résultat. ​
  
 **Series outline **Series outline
Ligne 53: Ligne 53:
 Interested viewers may wish to download this image, explore its various technical difficulties as a restoration project, and perhaps play around a little before the next episode. Until then, take care!** Interested viewers may wish to download this image, explore its various technical difficulties as a restoration project, and perhaps play around a little before the next episode. Until then, take care!**
  
-Cette série ​à gros traits+Plan de cette série
  
 Dans la prochaine partie de cette série, nous commencerons à travailler sur un simple paysage, la photo du château de Foix dans le sud de la France, au tournant du 20e siècle. Avec le passage du temps, il est prévu que cette photo tombe maintenant dans le domaine public. Elle a déjà été numérisée par le projet Rosalis de la bibliothèque municipale de Toulouse et peut être téléchargée depuis Wikicommons à l'​adresse : https://​commons.m.wikimedia.org/​wiki/​File:​Ch%C3%A2teau_en_ruines_(8056081904).jpg . Dans la prochaine partie de cette série, nous commencerons à travailler sur un simple paysage, la photo du château de Foix dans le sud de la France, au tournant du 20e siècle. Avec le passage du temps, il est prévu que cette photo tombe maintenant dans le domaine public. Elle a déjà été numérisée par le projet Rosalis de la bibliothèque municipale de Toulouse et peut être téléchargée depuis Wikicommons à l'​adresse : https://​commons.m.wikimedia.org/​wiki/​File:​Ch%C3%A2teau_en_ruines_(8056081904).jpg .
  
-Les lecteurs intéressés peuvent télécharger cette image, explorer ses diverses difficultés ​technologiques comme pour un projet de restauration et, peut-être, jouer un peu avec avant le prochain épisode. Jusque là, prennez soin de vous !+Les lecteurs intéressés peuvent télécharger cette image, explorer ses diverses difficultés ​techniques en tant que projet de restauration et, peut-être, jouer un peu avec avant le prochain épisode. Jusque-là, prennez soin de vous !
  
issue151/tutoriel2.txt · Dernière modification: 2019/12/10 14:54 par auntiee