Outils pour utilisateurs

Outils du site


articlesphotomaclinux:article5

Pour commencer, voici un court rappel du flux de traitement avec Rawtherapee, puis avec Darktable.

A noter que dans le flux de traitement avec Rawtherapee, les RAW sont renommés, tandis qu'avec le flux de traitement ci-dessus, se sont les jpeg qui sont renommés. Les deux solutions se valent et d'autres flux existent, à chacun de trouver son organisation. L'important selon moi est de garder un lien entre le RAW et les jpeg qui en découlent (le numéro de photo par exemple).

LES OUTILS COMPLEMENTAIRES

Il existe sur le marché informatique de nombreux logiciels destinés à « post-traiter » des clichés ou séries de clichés. Même si certains savent manipuler les fichiers RAW, ils sont la plupart du temps utilisés après le développement sur des fichier tiff ou jpeg. Que trouve-t-on sous Linux ?

Assemblage de panoramas :

L'assemblage de panoramas sophistiqués requiert l'utilisation de logiciels dédiés ; en effet des corrections à l'assemblage doivent être réalisées pour « coller les morceaux » en adressant les problématiques de parallaxe. Pour exemple, j'ai réalisé un panorama très simple : 4 photos en mode portrait avec un zoom fixe de 90 mm sur un pied pendulaire et sans premier plan (les photos peuvent être consultées et téléchargées ici : http://galerie.edelin.info/index.php?/category/13).

Ubuntu propose Hugin dans la bibliothèque logicielle http://hugin.sourceforge.net/. Ce dernier est également disponible pour Windows et MacOS. Il n'est pas disponible dans la logithèque Mint et son installation requiert le téléchargement et la compilation des sources. J'ai lancé avec Hugin un assemblage en mode entièrement automatique et le résultat n'est pas convaincant, il faut donc se plonger dans les tutoriels proposés sur le site pour marquer les clichés de points d'assemblage, c'est « le prix du gratuit ».

Ma préférence va nettement au logiciel français leader du domaine : Autopano http://www.kolor.com/autopano/. Il n'est ni libre, ni gratuit, mais redoutable dans l'analyse de l'assemblage. Il sait par exemple assembler sans défaut un panorama de 6 clichés sur deux rangées en HDRx7, soit 84 photos, le tout de façon entièrement automatique !

Images à large dynamique (HDR) :

Il s'agit d'une technique désormais bien connue et largement répandue qui consiste à capturer avec plusieurs clichés une gamme d'exposition plus large que la possibilité du capteur (et donc du moniteur) pour ensuite la ramener dans un gamut affichable par compression tonale au moyen de différents opérateurs. Première possibilité : le HDR mono cliché qui consiste à exploiter le différentiel de codage de l'exposition entre un RAW (14 bits) et un jpeg (8 bits). Utilisez le module « Compression tonale » de Rawtherapee par exemple, c'est assez pratique pour « déboucher » une photo.

Seconde possibilité : le HDR multiclichés, en général 5 ou 7 RAW suivant la plage tonale à couvrir. Sous Linux, le logiciel présent dans la bibliothèque est Luminance HDR. On retrouve les principaux opérateurs Mantiuk, Grago, Reinhard et d'autres encore. Avant d'appliquer la compression, vous pouvez sauver le HDR au format exf, c'est pratique si vous souhaitez appliquer la compression tonale avec un autre logiciel comme Darktable, par exemple, qui sait ouvrir les fichier dans ce format.

Luminance n'est pas super intuitif pour des rendus créatifs, les curseurs sont sensibles, mais, avec un peu de persévérance, on obtient tout de même des résultats sympas comme l'illustre l'exemple en ligne suivant : http://galerie.edelin.info/index.php?/category/13. Personnellement, je recommande tout même Photomatix, la référence (payante) car il sera très prochainement disponible en version native Linux.

A noter que pour publier des images en ligne qui ne sont pas intégrées à votre catalogueur, vous pouvez utiliser Gimp pour les convertir en basse résolution par lot. Il suffit de lui ajouter le greffon Batch Processor (en installant le paquet « gimp-plugin-registry » avec le gestionnaire de paquets Synaptic.

Aboutement (Tethering) :

L'aboutement consiste à déporter le stockage des clichés, voire le réglage de la prise de vue sur un laptop, une tablette ou encore un smartphone en leur connectant le boîtier. Cette configuration s'utilise plutôt dans un environnement statique (pour le photographe) comme la prise de vue en studio et évite le transfert des photos a posteriori. Elle permet aussi à un assistant de traiter les photos pendant que le photographe continue de shooter, c'est typiquement la configuration utilisée pour les couvertures sportives : des reporters sur le terrain disposent d'un APN haut de gamme embarquant une interface Ethernet qui est reliée à la régie de production par un LAN haut débit. Pour les boîtiers plus « modestes », c'est la connectique USB qui est utilisée, probablement bientôt remplacée par le Wi-Fi.

Côté logiciel, on utilise gphoto2 (cf. un précédent article). Ci-joint à titre d'exemple un petit script qui monitore le dossier photo de la cartouche et télécharge le cliché dès le stockage pour l'effacer ensuite de la cartouche. N'oubliez pas de démonter l'APN du bureau préalablement à l'exécution du script et préférez un port USB 2 coté laptop.

D'autre solutions plus évoluées existent, par exemple Darktable dispose d'une option capture qui fonctionne très bien mais… très lente ! Avec un EOS 7DM2 abouté en USB3 à un laptop Core i7/SSD qui tourne avec Darktable 2.0, le transfert/affichage/stockage complet met près de 30 secondes ! On l'utilisera donc plutôt pour du mini-studio (packshot) où la rapidité n'est pas requise.

Plus performant, le logiciel Entangle, qui est conçu spécialement pour faire du tethering. Il est prometteur mais manque encore de maturité, en témoignent les nombreux plantages, fonctions inopérantes ou APN « perdu » durant la manipulation déportée des commandes. Le besoin principal de stocker et d'afficher en temps réel des rafales de RAW est en revanche parfaitement fonctionnel. Pour une utilisation stable, je vous suggère la procédure suivante :

  • lancez Entangle et désactivez dans les préférences « la connexion automatique aux appareils au démarrage », puis quittez,
  • connectez l'APN et démontez-le par un clic droit + « Démonter »,
  • lancez Entangle ,sélectionnez le dossier cible puis connectez le boîtier via le menu « Appareil »,
  • shootez avec l'APN ; les RAW sont correctement affichés à l'écran, transférés sur le disque ou tamponnés si le mode rafale génère un volume de données supérieur au débit (le temps de transfert moyen par RAW est d'environ 1 seconde).

À noter qu'Entangle permet de définir un profil icc personnalisé pour le moniteur ET pour l'APN.

Extension de champ (focus stacking) :

Cette technique consiste à obtenir un sujet entièrement net en combinant les différents plans focaux de plusieurs photos. L'assemblage peut être réalisé avec Gimp en créant une couche par cliché, en délimitant manuellement sur chacun d'eux la zone de netteté, puis en fusionnant le tout. Idéal pour deux ou trois photos, mais une telle manipulation pour 120 plans d'une tête de mouche photographiée au travers d'un microscope, par exemple, serait très fastidieuse et risquerait de manquer de précision. L'idéal est donc d'utiliser un logiciel spécialisé comme Zerene Stacker, ni libre, ni gratuit, mais très performant : http://zerenesystems.com/ (la première licence est à 39 $). J'ai publié ici http://galerie.edelin.info/index.php?/category/13. un exemple de stacking en 16 clichés d'une boîte de perles prise en macrophotographie.

Timelapse :

Gphoto2 est de nouveau l'outil de la situation :

  • Connectez votre APN au PC puis démontez-le (clic droit /démonter).
  • Ouvrez une fenêtre de terminal et placez-vous dans le répertoire cible :

mkdir -p ~Photographie/Timelapse; cd ~/Photographie/Timelapse.

  • Vérifiez la bonne connexion de l'APN avec gphoto2 :

gphoto2 –summary

  • Exécutez ensuite lgphoto2 avec les paramètres suivants :

gphoto2 –capture-image-and-download –interval 10 –frames 100 où –interval est en secondes et –frames représente le nombre de déclenchements (0=infini).

Retouche & effets spéciaux :

Pour corriger des défauts ponctuels, redresser une perspective ou appliquer des effets artistiques à vos photos Gimp, un des logiciels référents du domaine, est disponible par défaut dans les distributions Ubuntu et Mint en dernière version (2.8). Il existe de très nombreux tutos et livres sur le sujet, à commencer par Full Circle Magazine 60 à 63, 75 et 89 (pour les numéros récents) http://www.fullcirclemag.fr/?pages/Num%C3%A9ros auxquels je vous renvoie.

Retouche portrait studio :

C'est le grand absent sur Linux et pourtant incontournable pour tous les photographes portraitistes. Certes, on peut « gimper » un portrait (comme d'autres le « photoshopiseraient »), mais l'utilisation d'un logiciel dédié permet de gagner beaucoup de temps et surtout de conserver un portrait réaliste. PortraitPro en version studio minimum pour bénéficier des profils de calibration couleur est un exemple idéal : rapide, réaliste, convivial et… accessible financièrement ! Autre qualité : il tourne sur Wine 1.9.6.

CONCLUSIONS

Tout d'abord, on peux affirmer que le photographe amateur expert (ou professionnel indépendant) trouvera dans Linux tout le nécessaire pour remplacer le dispendieux duo MacOS/Windows – Adobe.

Côté matériel/OS :

Les distributions Linux basées sur Ubuntu dont Mint fait partie ne sont pas plus difficiles à administrer que Windows 8 ou Mac OS 10. Il reste que Microsoft et Apple font le maximum pour rendre la migration vers Linux délicate sur « leur » machine (layout clavier, UEFI, drivers) et qu'ils faut adresser ce possible obstacle d'installation en amont de l'achat par un choix de matériel pertinent ou durant l'installation par le soutien d'un informaticien. De nombreuses boutiques informatiques ont cette compétence. La vraie difficulté en fait consiste à pouvoir acheter un PC sans devoir payer l'OS inclus en plus…

Côté logiciel :

La maturité des dernières versions logicielles de Rawtherapee et de Darktable, la gestion de la calibration couleur intégrée dans l'OS et la convivialité du catalogueur Shotwell font des distributions Ubuntu 14.04 et Mint Cinnamon 17.3 des plateformes parfaitement adaptées aux photographes exigeants.

Côté financier :

Le coût d'acquisition et d'utilisation de l'environnement n'est en rien comparable aux alternatives traditionnelles. D'aucuns diront même que les outils Linux Open Source sont gratuits ; ce n'est pas mon cas et je m'explique : quand un voisin vient aider à réparer un robinet qui fuit ou quand la concierge arrose les plantes durant les vacances, c'est souvent sans aucune arrière-pensée pécuniaire, un simple acte de bonne relation sociale. En retour, tout un chacun les remercie logiquement par une invitation à boire un verre ou un cadeau pour les étrennes… Alors pourquoi en serait-il autrement pour les logiciels et autres systèmes d'exploitation gratuits ? Juste parce que l'on ne croise pas le développeur en sortant de chez soi ? Passer à Linux m'a fait économiser beaucoup d'argent : le prix d'un ordinateur normal versus celui d'un Mac par exemple, ou encore le coût d'abonnement mensuel du « Creative Cloud » d'Adobe ; pour les utilisateurs qui se veulent un tant soit peu reconnaissants, Linux n'est donc pas gratuit. Mais il y a pleins d'autres façons d'être généreux en retour autrement que par donation Paypal : participer aux traductions, contribuer dans les forums de support aux utilisateurs, promouvoir sur Internet les logiciels libres que l'on utilise ou encore ajouter un petit texte du genre « fait avec… » sur les travaux photos que l'on réalise. C'est notre intérêt de donner les moyens à ces formidables développeurs bénévoles de faire progresser leur « bébé ». Le modèle contributif a un grand avenir, la généralisation de la gratuité des logiciels poids lourds comme MacOS, Windows ou la sortie de logiciel en version linux comme Photomatix est un signe qui ne trompe pas : les temps changent… « Think different » recommandait Apple dans ses publicités du temps ou elle luttait pour sa survie. L'adage est toujours d'actualité, mais l'écosystème à changé…

J'espère, au travers de cette série d'articles, vous avoir convaincu. Si tel n'était pas le cas, vous connaissez les alternatives qui, comme l'affirme une publicité pour des voitures italiennes : « sont moins bien mais… plus chères ! » N'hésitez pas à nous faire parvenir vos expériences et opinions en retour sur la photo avec Linux et… Bonnes photos !

François Edelin francois@edelin.email

articlesphotomaclinux/article5.txt · Dernière modification: 2016/06/01 12:08 par andre_domenech